fbpx

Les films des invités

MERCREDI 4 MARS

A Bigger Splash

De Luca Guadagnino | 12h30 au Pathé Galeries


Italie-France / 2015 / 2h05 / v.o. s-t. fr. / 16 (16) / Avec Tilda Swinton, Matthias Schoanaerts, Ralph Fiennes

Présenté par Luca Guadagnino

 

Star de rock aphone, Marianne et son compagnon, jeune documentariste suicidaire, prennent des vacances dans une luxueuse villa de l’île volcanique de Pantelleria et lézardent autour de la piscine aux eaux scintillantes. Leur havre de paix est troublé par l’arrivée intempestive du producteur et ex-compagnon de Marianne ainsi que de sa fille. Variation libre autour de La Piscine de Jacques Deray (1969), le film saisit avec grâce et puissance la perversité qui suinte des corps parfaits et mouillés qui s’ébrouent au bord de l’eau.

JEUDI 5 MARS

Trois couleurs : Rouge

De Krzysztof Kieslowski | 15h30 au Cinématographe


France – Pologne – Suisse / 1994 / 1h39 / vf / 12 (12) / Avec Irène Jacob, Jean-Louis Trintignant, Frédérique Feder

Présenté par Irène Jacob

 

A Genève, une jeune femme percute un chien et se rend à l’adresse de son propriétaire, un juge à la retraite maussade et plein de mystères, qui a mis ses voisins sur écoute téléphonique… Après le bleu-liberté et le blanc-égalité, Krzysztof Kieslowski clôt sa célèbre trilogie, et son œuvre de cinéaste, en explorant à travers le rouge-fraternité le flou qui sépare le désir de la peur de l’engagement. Irène Jacob et Jean-Louis Trintignant y incarnent magnifiquement deux êtres fascinés par la part d’ombre des autres.

Ridicule

De Patrice Leconte | 19h30 au Capitole


 1996 / 1h39 / vf / 12 (12) / Avec Charles Berling, Jean Rochefort, Fanny Ardant

Présenté par Présenté par Patrice Leconte

 

En 1780, Grégoire Ponceludon de Malavoy quitte sa province pour Versailles. Le marquis de Bellegarde l’initie aux us cruels de la Cour, où, plus que tout le reste, c’est le ridicule qui tue… Ce film brillant reçut deux César: drôle et grave, riche d’une superbe photo et d’une interprétation éblouissante, il épingle la fatuité et la complaisance des courtisans, interrogeant, l’air de rien, l’universalité des rapports humain gangrénés par le pouvoir des uns sur les autres.

VENDREDI 6 MARS

Le péril jeune

De Cédric Klapisch | 12h30 au Pathé Galeries


France / 1994 / 1h41 / vf / 16 (16) / Avec Romain Duris, Vincent Elbaz, Nicolas Korezsky

Présenté par Cédric Klapisch et Vincent Elbaz

 

En 1985 dans un couloir de maternité, quatre vieux copains attendent que Sophie accouche. Aucun n’est le père: Tomasi, leur ami de jeunesse vient de mourir d’une overdose. Avant de rencontrer le bébé qui vient au monde, ils se souviennent de leur années lycée: embrumées par les premiers joints, rebelles et débordantes des rêves dont ils sont depuis les débiteurs. Le bilan est sévère et pourtant… Cédric Klapisch signe un film sur la jeunesse des années 1970 qui marqua profondément les jeunes des années 1990 et qui vit éclore un talent, celui de Romain Duris.

Il Miracolo

Précédé de la projection du court-métrage documentaire “My Dad is 100 Years Old” de Guy Maddin, scénario Isabella Rossellini (v.o. s-t. fr)

Moyen métrage dans le film L’Amore de Roberto Rossellini | 15h30 au Cinématographe


Italie /1948 / v.o. s-t. fr / 14 (14) / avec Anna Magnani, Federico Fellini, Peparuolo

Présenté par Isabella Rossellini

 

Il Miracolo prend place aux côtés de La Voix humaine dans le film L’Amore, diptyque réalisé par Roberto Rossellini et hanté par la question de la souffrance et de la solitude. Alors que le scénario de La Voix humaine est signé par Jean Cocteau, Federico Fellini a écrit Il Miracolo. Une jeune fille naïve, Nannina, croit rencontrer Saint Joseph en la personne d’un berger qui profite de sa méprise pour abuser d’elle. Enceinte, sa foi n’est pas entamée par ce « miracle ». Dernier projet de Rossellini et de la Magnani, au fait de son immense talent.

My Dad is 100 Years Old

Projection suivie de « Il Miracolo » de Roberto Rossellini

Court métrage de Guy Maddin, sur un scénario d’Isabella Rossellini | vendredi 6 mars à 15h30 au Cinématographe


Canada / 2005 / 15 min. / v.o. s-t. fr / 10 (14)

Présenté par Isabella Rossellini

 

Tourné à l’occasion du centenaire de la naissance de Roberto Rossellini et projeté au Festival de Toronto, My Dad is 100 years old a été réalisé par le cinéaste canadien Guy Maddin et écrit par Isabella Rossellini. Dans ce qui semble être un vieux cinéma, Isabella Rossellini évoque la figure paternelle avec humour et tendresse. Le film permet à l’univers de Guy Maddin, d’une poésie étrange et singulière, d’entrer en résonance avec l’hommage filial et intime d’une immense actrice. Un bijou de cinéma.

Blue Velvet

De David Lynch | 18h30 au Capitole


USA / 1986 / 2h / v.o. s-t. fr. / 18 (18) / Avec Isabella Rossellini, Kyle MacLachlan, Dennis Hopper, Laura Dern

Conversation avec Isabella Rossellini suivie de la projection

 

Suite à la découverte d’une oreille coupée au bord d’un chemin, Jeffrey mène l’enquête avec Sandy, qu’il aime en secret. Dévoilant l’envers du décor d’une coquette petite ville de province, l’intrigue policière sert de fil conducteur à une plongée aux enfers tout à fait lynchéenne: un voyage à la frontière du bien et du mal guidé par un rêve éveillé à l’inquiétante étrangeté, et bercé par la mélodie langoureuse d’une chanson romantique (qui donne au film son titre) et la musique hypnotique d’Angelo Badalamenti.

Je prends ta peine

D’Anne Consigny | 20h au Cityclub Pully


Place hors tarifs R7al : Fr. 15.- (Fr. 12.- réduit). Achat de billets en ligne sur cityclubpully.ch

Suivi d’une discussion avec Anne Consigny

 

Susanna, mère de famille de la banlieue pauvre d’Erevan en Arménie, et sa fille Narine, 26 ans, arrivent à Paris. Elles sont ici pour un traitement médical: Narin a été diagnostiquée d’un cancer foudroyant. C’est chez Anne Consigny, comédienne, que le hasard les amène. Les trois femmes vont devenir amies dès le premier regard. Narin ne survivra que cinq mois à Paris. Sa famille choisit de la rapatrier pour l’inhumer auprès d’eux. Susanna emmènera Anne à Erevan retrouver son mari, ses enfants, sa famille, ses amis, son pays. Elles ne partagent ni la langue, ni les codes sociaux, ni les traditions, ni la culture mais elles deviennent comme deux sœurs. En Arménien «Ça va» se dit «Tsavet tanem», littéralement «Je prends ta peine»…

Il est plus facile pour un chameau…

De Valeria Bruni Tedeschi | 21h00 au Cinématographe


France – Italie / 2003 / 1h50 / vf / 10 (14) / Avec Valeria Bruni Tedeschi, Chiara Mastroianni, Jean-Hugues Anglade

Présenté par Valeria Bruni Tedeschi

 

Alors que son père se meurt, Federica tente de trouver un sens à sa vie. Seulement, Federica se sent toujours coupable: de venir d’un milieu très riche et d’avoir eu une si vie si facile qu’elle n’a pas réussi à prendre vraiment les rennes de son destin, d’avoir un amoureux communiste qui ne supporte pas son héritage bourgeois, de le tromper, d’être la fille préférée de son père… Pour son premier film, Valeria Bruni Tedeschi joue avec brio de l’autofiction, faisant participer sa propre mère, utilisant des éléments de sa vie véritable, et ajoutant à tout cela une fantaisie incomparable.

SAMEDI 7 MARS

Master And Commander: The Far Side of the World

Master and commander: De l’autre côté du monde

De Peter Weir | 12h00 au Paderewski


USA / 2003 / 2h18 / v.o. s-t. fr / 12 (14) / Avec Russell Crowe, Paul Bettany, Billy Boyd

Présenté par John Collee

 

En 1805 au large du Brésil, le Commandant anglais Jack Aubrey et son navire Surprise croisent la route de l’Achéron, vaisseau français qui l’attaque avec férocité. Après avoir réussi à semer l’assaillant, Jack Aubrey est obsédé par la vengeance et décide de retrouver l’Achéron, quitte à tout y perdre. Adaptation réussie et libre des romans de Patrick O’Brian (couronnée de deux oscars), le film parvient à mêler scènes d’action rocambolesques et pauses méditatives face à la beauté souveraine de la mer, calme ou déchaînée, ou à la luxuriante nature des îles Galápagos.

Un Château en Italie

De Valeria Bruni Tedeschi | 12h30 au Pathé Galeries


France / 2013 / 1h44 / v.o. s.t-fr. / 12 (16) / Avec Valeria Bruni Tedeschi, Louis Garrel, Filippo Timi

Présenté par Valeria Bruni Tedeschi

Louise est comédienne. Rêvant d’être mère et sentant l’horloge biologique tourner, elle tente de convaincre Nathan, son amant de vingt ans son cadet, de fonder une famille. La famille, justement, prend beaucoup de place dans la vie de Louise. Héritière de la grande bourgeoisie italienne, elle est entourée d’une mère envahissante, d’un frère qu’elle adore, malade du sida… Fidèle à ce ton à la fois léger et sincère qui fait sa signature, et à son sens de l’autodérision, Valéria Bruni Tedeschi offre un film dont la réelle cocasserie laisse pourtant sa part au drame intime.

Merci la vie

De Bertrand Blier | 15h30 au Cinématographe


France / 1991 / 1h57 / vf / 16 (16) / Avec Charlotte Gainsbourg, Anouk Grinberg, Michel Blanc

 

Présenté par Présenté par Bertrand Blier

 

Une fille en robe de mariée cabossée par la vie, croise la route d’une ado qui passe le bac et pousse devant elle un caddy sur lequel s’ébattent des mouettes. De cette image bouleversante de poésie mélancolique, débute un parcours initiatique durant lequel Camille et Joëlle feront l’expérience de la vie: l’amour, le sexe, la maladie… Le récit défie volontairement les conventions, et le film, véritable déclaration d’amour au cinéma, voyage à travers le temps et l’espace, entre rêve et réalité, rires et larmes, porté par l’explosif duo Gainsbourg-Grinberg.

Trop belle pour toi

De Bertrand Blier | 18h15 au Capitole | Projection précédée de la cérémonie de Gala.


France / 1989 / 1h31 / vf / 16 (16) / Avec Gérard Depardieu, Josiane Balasko, Carole Bouquet

Présenté par Bertrand Blier

 

Marié à la splendide Florence, Bernard, concessionnaire automobile, tombe follement amoureux de sa secrétaire Colette, une fille ordinaire… Renversement du schéma narratif traditionnel de l’épouse sans relief et de la maîtresse affriolante, le film prend la clef des champs et fait preuve d’une grande liberté dans la narration et la mise en scène: au son de la musique de Schubert, Blier décrit avec émotion et brio une histoire d’adultère déroutante, triste et belle comme le regard amoureux de Josiane Balasko.

DIMANCHE 8 MARS

The Thomas Crown Affair

De John McTiernan | 15h00 au Capitole


USA / 1999 / 1h53 / v.o. s-t. fr / 12 (14) / Pierce Brosnan, Rene Russo, Denis Leary 

Conversation avec Pierce Brosnan suive de la projection

 

Thomas Crown, financier réputé et collectionneur d’art, passe ses midis au Metropolitan Museum. Lorsque des hommes entreprennent de neutraliser les systèmes de sécurité, Crown en profite pour subtiliser un Monet. Arrivée sur place, Catherine Bannung, spécialiste des compagnies d’assurance, porte aussitôt ses soupçons sur le gentleman cambrioleur. S’ensuit un jeu du chat et de la souris dans un luxe et un érotisme clinquants. John McTiernan réussit un succulent divertissement avec ce remake, largement modifié, du film de Norman Jewison, tourné en 1968 avec Steve McQueen et Faye Dunaway.

Derborence

De Francis Reusser | 15h30 au Cinématographe


Suisse / 1985 / 1h34 / vf / 10 (10) / Avec Isabel Otero, Jacques Penot Maria Machado

Présenté par Frédéric Maire

 

Fraîchement marié, Antoine monte dans les pâturages avec son vieil ami Séraphin, pour s’occuper des troupeaux. Lorsqu’un éboulement se produit, c’est le deuil au village. Deux mois plus tard, le jeune homme réapparaît… Adaptation du roman de Charles-Ferdinand Ramuz et tourné sur les lieux mêmes où eut lieu la catastrophe 300 ans plus tôt, Derborence permet au cinéaste de se libérer «d’une certaine mauvaise conscience» face à la nature helvétique et d’exprimer la «jouissance des lieux, du territoire». César du meilleur film étranger en 1985.

The Mission

De Roland Joffé | 19h30 au Capitole


Etats-Unis / 1986 / 2h05 / v.o. s-t. fr / 12 (12) / Avec Robert De Niro, Jeremy Irons, Ray McAnally

Conversation avec Roland Joffe suivie de la projection

 

Amérique du Sud, 1750. Le trafiquant d’esclaves Rodrigo Mendoza rencontre le père Gabriel. Quelques années plus tard, il se rachète en combattant à ses côtés pour défendre les terres des Indiens que l’Eglise de Rome entend annexer. Un récit passionnant tourné dans des décors naturels grandioses, servi par le talent et le charisme du tandem d’acteurs d’une rare densité: De Niro en mercenaire cherchant désespérément la rédemption et Jeremy Irons en Jésuite touché par la grâce.

#Suivez-nous sur Instagram @rencontres7art