fbpx

Les films des invités

The last emperor

The Last Emperor (Le Dernier Empereur) – Version 3D

De Bernardo Bertolucci | jeudi 7 mars à 20h30 et dimanche 10 mars à 11h au Pathé Flon


GB-Italie / 1987 / 2h42 / v.o. s-t fr. / 10 (10) / Avec John Lone, Peter O’Toole, Joan Chen

Présenté par Jeremy Thomas dimanche 10 mars, producteur du film

 

Retraçant le destin tourmenté de Pu Yi, dernier empereur de Chine, Bernardo Bertolucci (qui vient de nous quitter) crée avec ce film une fresque aujourd’hui impossible sans effets spéciaux : un tournage de six mois mobilisant quelques 19’000 figurants, 300 techniciens, la création de 9’000 costumes, et surtout l’accès à la salle du trône de la Cité interdite, là où aucun réalisateur n’avait jamais eu le droit d’entrer, ni plus jamais à ce jour. Un pari à priori impossible mais un pari gagné puisque le film reste l’un des plus récompensés de l’histoire des Oscars.

Naked Lunch

Naked Lunch (Le Festin nu)

De David Cronenberg | samedi 9 mars à 15h30 au Cinématographe


USA / 1991/ 1h55 / v.o. s-t fr. / 16(16) / Avec Peter Weller, Judy Davis, Ian Holm

Présenté par Jeremy Thomas producteur du film

 

“Nothing is true ; everything is permitted”, ainsi s’ouvre le film de David Cronenberg qui réussit un véritable tour de force en adaptant l’ouvrage sulfureux de William Burroughs, The Naked Lunch, réputé inadaptable. De Lynch à Jodorowski, bien des cinéastes s’y sont cassés les dents avant lui. Comment traduire à l’image ce délire teinté d’une violence crue sans rendre le film totalement incompréhensible et inexploitable ? Cronenberg prend le parti de la liberté, en puisant allègrement dans la mythologie de l’écrivain, elle-même largement autobiographique.

Qu’Allah bénisse la France

Qu’Allah bénisse la France

De Abd Al Malik | vendredi 8 mars à 13h00 à Pathé Galeries


France / 2014 / 1h34 / v.f s-t ang / 14 (16) / Avec Marc Zinga, Sabrina Ouazani

 

Adapté de son livre autobiographique du même titre, Qu’Allah bénisse la France raconte le parcours de Régis, enfant d’immigrés, noir, surdoué, élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, dans la cité du Neuhoff à Strasbourg. Largement inspiré de La Haine, le film en noir et blanc, très esthétique, fait la part belle à la musique avec une bande son réunissant le réalisateur lui-même, la chanteuse de R&B Wallen et le roi de l’électro Laurent Garnier !

Cyrano de Bergerac

Cyrano de Bergerac

De Jean-Paul Rappeneau | samedi 9 mars à 14h30 au CapitoleSéance accessible en audio description


France / 1990 / 2h07 / VF / 10(10) / Avec Gérard Depardieu, Anne Brochet, Vincent Perez

Suivi d’une conversation avec Jean-Paul Rappeneau, Anne Brochet et Vincent Perez

 

L’un est beau, mais ne sait pas tourner le compliment. L’appendice nasal de l’autre lui interdit toute séduction, mais il maîtrise le verbe et la belle tournure. Les deux aiment la même femme. On sait la suite. Jean-Paul Rappeneau a su faire de la célèbre pièce d’Edmond Rostand un trépidant film de cape et d’épée. On savoure avec bonheur ce sens du beau, ce goût et ce talent si particulier du verbe et du discours. Le bonheur de dire et la douleur d’aimer. Le film remporte de nombreux prix, dont rien moins que dix Césars.

L’Ours

L’Ours

De Jean Jacques Annaud | dimanche 10 mars à 10h au CapitoleSéance accessible en audio description


France / 1988 / 1h40 / VF / 10(10) / Avec Tchéky Karyo, Jack Wallace, André Lacombe

Présenté par Jean-Jacques Annaud

 

Un défi hors normes que la réalisation de ce film qui résonne comme un hymne puissant et poétique à la nature et à la vie animale et suscite en nous un formidable retour à l’enfance et au roman d’aventure. Quatre années de dressage pour les douze ours qui ont servi de doublure à Youk, l’ourson orphelin, un tournage de plus de trois mois en décors naturels, d’une complexité folle, à haut risque parfois. Au service d’une histoire qui nous ramène à nos émotions d’origine, celles d’avant l’innocence perdue.

Le Nom de la rose

Le Nom de la Rose

De Jean Jacques Annaud | samedi 9 mars à 19h au Capitole


Italie – France -Allemagne / 1986 / 2h09 / v.o. s-t fr. / 14(14)Avec Sean Connery, Christian Slater, Michael Lonsdale

Présenté par Jean-Jacques Annaud

 

Jean-Jacques Annaud a relevé le défi d’adapter le best-seller d’Umberto Eco au cinéma. Le film lui prend cinq ans de vie à travailler au plus près de la vérité historique de ce polar médiéval. Avec Sean Connery dans le rôle de l’enquêteur franciscain, Guillaume de Baskerville, rationnel dans un monde mystique, Le Nom de la rose est un succès mondial qui fait des millions d’entrées et remporte le César du Meilleur film étranger.

Lulu on the Bridge

Lulu on the Bridge

De Paul Auster | vendredi 8 mars à 21h au Cinématographe


USA / 1998 / 1h43 / v.o. s-t fr. / 12(16) / Avec Harvey Keitel, Mira Sorvino

Présenté par Paul Auster

 

Premier film de Paul Auster en solo en tant que réalisateur, Lulu on the Bridge articule des thèmes chers à l’écrivain, le hasard et la possibilité de réinventer sa vie. Le saxophoniste Izzy, interprété par Harvey Keitel, frôle la mort en prenant une balle perdue. Dès lors, comme dans un roman, un enchaînement d’événements et de rencontres vont l’entraîner dans une vie rêvée, celle où l’amour, les choix que l’on fait, la magie, être soi, son enfance, la vie et la mort sont inextricablement liés dans le conte de sa propre histoire.

The Inner Life of Martin Frost

The Inner Life of Martin Frost

De Paul Auster | samedi 9 mars à 11h au Capitole


USA / 2007 / 1h34/ v.o. s-t fr. / 12(16) / Avec David Thewlis, Irène Jacob

Précédé d’une Conversation avec Paul Auster

 

Dans son dernier long métrage, Paul Auster aborde le travail de l’écrivain, son rapport à sa créativité et son inspiration, sa dépendance à l’œuvre en train de naître et la frontière floue entre réalité et fiction. Martin Frost est un écrivain célèbre venu se reposer seul dans le cottage de ses amis (Paul Auster et Siri Hustvedt !). Pourtant, dès le premier soir, il se remet à écrire. Au matin, il découvre une jeune femme allongée à ses côtés. Fasciné par sa beauté et son intelligence, Martin en tombe éperdument amoureux. Mais qui est cette femme étrange? Est-elle une muse ou un personnage sorti de son esprit?

Smoke

Smoke

De Wayne Wang, Paul Auster | dimanche 10 mars à 15h30 au Cinématographe


USA / 1995 / 1h52 / v.o. s-t fr. / 12 (14) / Avec Harvey Keitel, William Hurt, Forest Whitaker, Stockard Channing

Présenté par Paul Auster

 

Le centre névralgique de Smoke se situe dans le tabac d’Auggie à Brooklyn, c’est là que Paul, l’écrivain endeuillé, vient chercher ses cigares. C’est ici également que se rencontrent les autres personnages blessés de ce film qui est un véritable trésor d’humanité. Paul Auster et Wayne Wang réussissent à faire briller ces êtres ordinaires et à nous les rendre si attachants malgré leurs fêlures qu’ils en deviennent nos amis. Le magasin d’Auggie devient celui du coin de notre rue et ses clients sont nos voisins, à tel point que quand le film se termine, il nous laisse avec un drôle de manque du pays.

Le Goût des autres

Le Goût des autres

De Agnès Jaoui | vendredi 8 mars à 16h30 au Paderewski


France / 2000 / 1h52 / VF / 12(16) / Avec Jean-Pierre Bacri, Agnès Jaoui, Alain Chabat

Suivi d’une discussion avec Agnès Jaoui

 

Un riche entrepreneur (Jean-Pierre Bacri), inculte et un peu beauf découvre en sa prof d’anglais une intellectuelle et une artiste talentueuse. Subjugué par son monde qui lui est étranger, il tente de la conquérir, dût-il se soumettre à des codes inconnus. Magnifiquement écrit par Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, c’est aussi la première réalisation d’Agnès Jaoui. Les oppositions de classes offrent ici un contexte béni pour le comique de situation cher à Bacri-Jaoui, et le film illustre parfaitement et avec beaucoup de naturel des fonctionnements sociologiques complexes. Il remporte quatre César et est nommé pour l’Oscar du meilleur film étranger.

Elena

Elena

De Andreï Zviaguintsev | vendredi 8 mars à 20h30 au Capitole


Russie / 2011 / 1h49 / v.o. s-t fr. / 12(16) / Avec Nadejda Markina, Andreï Smirnov

Présenté par Andreï Zviaguintsev

 

Troisième long métrage de Zviaguintsev, Elena interroge la Russie d’aujourd’hui à travers le dilemme moral d’une femme qui bascule du côté obscur. Elena, une femme simple, est mariée à un homme riche. Ce dernier, à l’approche de la mort, entend confier l’intégralité de son héritage à sa fille issue d’un précédent mariage. Elena, dont le propre fils ne cesse de la solliciter financièrement, décide de renverser les choses. Sans jamais prendre position, le film construit un savant équilibre entre empathie et distance.

Léviathan

Léviathan

De Andreï Zviaguintsev | samedi 9 mars à 21h au Cinématographe


Russie / 2014 / 2h21 / v.o. s-t fr./ 14(16) / Avec Alexei Serebriakov, Vladimir Vdovitchenkov, Elena Lyadova

Présenté par Andreï Zviaguintsev

 

Nous sommes très loin de Moscou, dans les paysages lunaires près de Mourmansk, au nord du cercle polaire. Quatrième long-métrage du réalisateur multi-primé Andreï Zviaguintsev, Léviathan dénonce sans complaisance la corruption en terre russe à travers le destin d’un père de famille menacé d’expropriation. Avec une dimension mystique puisée dans la fable de Job et une mise en scène précise, Zviaguintsev peint avec brio un segment de la Russie rurale gangrenée par l’alcool et la violence généralisée.

Inside Llewyn Davis

Inside Llewyn Davis

De Joel Coen, Ethan Coen | samedi 9 mars à 17h30 à Pathé Galeries


USA / 2013 / 1h44 / v.o. s-t fr. / 12(16) / Avec Oscar Isaac, Carey Mulligan, Justin Timberlake

Présenté par Joel Coen et Bruno Delbonnel

 

Hiver 1961, Greenwich Village, New York. Llewyn Davis est un guitariste de talent, mais sa vie d’artiste est une galère pour laquelle il rame au quotidien. Sans domicile fixe, il se fait héberger par des amis ou des proches. Jour après jour, il essaie laborieusement de décrocher des auditions, sans succès. Ce long métrage des frères Coen – Grand Prix du jury au 66e Festival de Cannes – vous plonge dans l’atmosphère musicale folk des années 60 avec une grande sensibilité.

The Ballad of Buster Scruggs

The Ballad of Buster Scruggs

De Joel Coen, Ethan Coen | jeudi 7 mars à 18h au Capitole


USA / 2018 / 2h13 / v.o. s-t fr./ 12(14) / Avec Brendan Gleeson, Liam Neeson, James Franco

Présenté par Joel Coen et Bruno Delbonnel lors de la Cérémonie d’ouverture

 

Qui a dit que ce film ne sera pas vu en salle ? Le voici pour la première fois projeté en Suisse – et dans quelle salle ! Produit par Netflix, le dernier film des frères Coen revisite la conquête du Grand Ouest en six contes poétiques, drôles, philosophiques, violents et sombres à la fois. Le « à la fois » est une spécialité coennienne qui sied particulièrement à ce format de sketches, amenant avec une grande maîtrise les spectateurs à passer du rire potache à l’effroi tout en méditant sur la condition désespérée de l’homme.

No country for old men

No Country for Old Men

De Joel Coen, Ethan Coen | jeudi 7 mars à 17h30 à Pathé Galeries


USA / 2007 / 2h03 / v.o. s-t fr./ 16(16) / Avec Tommy Lee Jones, Javier Bardem, Josh Brolin, Woody Harrelson

 

Acclamé par la critique et par le public, ce thriller au style résolument western a reçu quatre Oscars : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur dans un second rôle pour Javier Bardem et meilleur scénario adapté. Sous une pluie de cadavres, nous est contée la cavale de Llewelyn Moss après qu’il se soit emparé d’une mallette pleine de dollars trouvée par hasard sur les lieux d’un carnage récent. Anton Chigurh (glaçant Javier Bardem), meurtrier psychopathe, qui poursuit ses victimes avec un pistolet d’abatage, et Ed Tom Bell (Tommy Lee Jones), shérif désabusé sur le retour, sont à ses trousses.

Drugstore Cowboy

Drugstore Cowboy

De Gus Van Sant | dimanche 10 mars à 18h au Capitole


USA / 1989 / 1h44 / v.o. s-t fr. / 18 (18) / Avec Matt Dillon, Kelly Lynch, James LeGros

Présenté par Matt Dillon lors de la Cérémonie de clôture

 

Souvent considéré comme une version junkie de Bonnie and Clyde, Drugstore Cowboy décrit le mode de vie d’un joyeux couple de toxicomanes, Bob (Matt Dillon) et Dianne (Kelly Lynch) qui s’approvisionnent en volant des pharmacies. Mais quand leur amie meurt d’une overdose, c’est la fin du road trip, Bob veut raccrocher. Le deuxième film de Gus Van Sant réussit à parler de drogue avec une certaine légèreté, de manière très réaliste, sans sombrer dans le pathos ou le moralisme. Challenge largement relevé par la performance de Matt Dillon dont le personnage à la fois pathétique et attachant refuse de se considérer comme une victime. Cette posture est d’ailleurs exprimée par William S. Burroughs himself qui fait une apparition devenue culte.

Factotum

Factotum

De Bent Hamer | dimanche 10 mars à 14h au Paderewski


Norvège – USA/2005/2h07/ v.o. s-t fr./16(16) / Avec Matt Dillon, Lili Taylor, Marisa Tomei

Suivi d’une conversation avec Matt Dillon modérée par Pierre Philippe Cadert

 

Le film, basé sur la nouvelle du même nom écrite par Charles Bukowski, met en scène Hank Chinaski, écrivain autoproclamé et alcoolique. Il peine à garder des petits boulots qu’il déteste, abuse des paris sur les chevaux, collectionne les aventures et se sépare de sa petite amie avant de rencontrer la fascinante Laura. Présentée en 2005 au Festival de Cannes dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs, cette fiction autobiographique dépeint l’univers chaotique et instable de Bukowski et de son personnage désabusé, qui tente désespérément de sortir de l’ennui.

Syngué Sabour

Syngué Sabour (Pierre de patience)

De Atiq Rahimi | vendredi 8 mars à 17h30 au Pathé Galeries


France – Allemagne – Afghanistan / 2012 / 1h42 / v.o. s-t fr./ 16 (16) / Avec Golshifteh Farahani, Hamidreza Javdan

Suivi d’une discussion avec Atiq Rahimi et Golshifteh Farahani

 

La pierre de patience est une pierre magique à laquelle on peut se confier et qui délivre de toutes les souffrances. Dans une chambre, quelque part où la guerre fait rage, une femme veille son mari dans le coma, une balle dans la nuque. Elle lui dit ce qu’elle n’a jamais dit. Il devient sa pierre de patience et libère sa parole. Prix Goncourt 2008, Atiq Rahimi adapte brillamment son roman qui est un récit poignant sur l’enfermement et l’aliénation des femmes, mais aussi des hommes. Un film sur la guerre, mais surtout sur les femmes et leur combat pour une parole libre.

Sexy Beast

Sexy Beast

De Jonathan Glazer | vendredi 8 mars à 18h30 au Cinématographe


GB-ES / 2000 / 1h29/ v.o. s-t fr./ 14(14) / Avec Ray Winstone, Ben Kingsley, Ian McShane

 

L’intrigue est simple : Dove est un gangster à la retraite qui savoure sa richesse durement gagnée, au bord de la piscine un verre à la main. Mais Logan (hallucinant Ben Kingsley) vient l’arracher à son oisiveté pour lui faire faire un dernier « coup ». Dove refuse et Logan se met en colère. Mais l’histoire n’est absolument pas ce qui tient Sexy Beast, il faut le voir pour le croire, car c’est une expérience à vivre. La performance de Kingsley, entre hilarité infantile et rage psychiatrique nous fait même oublier qu’un jour Gandhi, ce fut lui.

#Suivez-nous sur Instagram