fbpx

Movies

From Rain Man to Festen, legendary films made by guests of r7al are equally hymns to the cinema. Chariots of Fire and its fabulous music, the visual shock of Requiem for a Dream, the mind-boggling investigation of OSS agent 117 in Rio, come and discover or rediscover these major works in the different movie theatres and discover the collective experience that is cinema.

OSS117 Rio ne répond plus

 

Following his mission in Cairo – a success despite his best efforts – OSS agent 117, Hubert Bonisseur de La Bath, is sent to Rio de Janeiro to meet a former Nazi. Assisted by a beautiful Mossad (what?) colonel, our spy, dim as ever, launches into a new adventure even more zany than the first. Michel Hazanavicius manages once again to rack up cinematic references while Jean Dujardin develops his prodigious talent.

 

France I 2009 I 1h41
From Michel Hazanavicius With Jean Dujardin, Louise Monot
Presented by Michel Hazanavicius

The Artist

 

Renouncing the emergent talkies, George Valentin, star of the silent screen, quits the studios to go it alone. What unfolds at 22 frames/second is his struggle against the new-fangled genre. Eschewing digital technologies, this film finds Michel Hazanavicius bringing to light the expressiveness of faces and bodies by focusing on the silence. Jean Dujardin was rewarded with the first ever Oscar for a French actor, while the film itself won the Oscar for Best Picture; only the second time in history of the awards that a non-American film has done so.

 

France I 2011 I 1h40
From Michel Hazanavicius
With Jean Dujardin, Bérénice Bejo

Good Morning Vietnam

 

Saigon, 1965: Adrian Cronauer, a DJ for the US Armed Forces Radio Service, is the toast of GIs with his off-the-wall humour, provocative delivery and rock ’n’ roll playlist. Brought to the screen by a freewheeling Robin Williams, the protagonist’s cavalier attitude is a response to the rigidity and censorship of the military, as well as an escape from the reality of war, which duly catches up with him in the end. This famous military comedy provided the unforgettable Robin Williams with a tailor-made role and garnered him an Oscar nomination.

 

USA I 1987 I 2h01
From Barry Levinson
With Robin Williams, Forest Whitaker

Rain Man

 

From Cincinnati to Los Angeles, this film tells of the initiation trip of Charlie Babbitt (Tom Cruise), who discovers he has an older, autistic, brother (Dustin Hoffman) to whom their father has left the entirety of his fortune. In his attempt to recover his share of the inheritance, he receives far more than money. The film was one of the first to tackle the theme of autism, on which it poses a look imbued with realism, humanity, humour and poetry. Dustin Hoffman was awarded 4 Oscars for his role and the film director, Barry Levinson one for Best Director.

 

USA I 1988 I 2h13
From Barry Levinson With Dustin Hoffman, Tom Cruise, Valeria Golino
Presented by Barry Levinson

Diner

 

Launched in 1982, this comedy with no special effects and little by way of storyline was directed by a rookie with a raw cast – and caused a tectonic shift in popular American culture. Its influence, palpable to this day, is such that the New Yorker suggested that Barry Levinson should receive a royalty every time a film portrays “two or more men sitting together in a coffee shop”. Since then SeinfeldPulp FictionThe Office and many others have based their success on “Diner talk”.

 

USA I 1982 I 1h49
From Barry Levinson With Mickey Rourke, Kevin Bacon, Steve Guttenberg
Presented by Chicca Bergonzi

Chariots of Fire

 

Very freely inspired by the story of two British athletes competing in the 1924 Paris Olympic Games, the film is crafted with a refined aesthetic serving a multifaceted, complex theme. The notion of sport is for one the means of combating anti-Semitism, while for the other it’s an affirmation of religious devotion. Carried and amplified by Vangelis’s score, which lends the narrative an epic sweep, the film received four Oscars. Its title quotes a line from Jerusalem by William Blake, a rallying call for many in England: “Bring me my chariot of fire!”

 

UK I 1981 I 2h02
From Hugh Hudson With Ben Cross, Ian Charleson, Ian Holm
Presented by Hugh Hudson

Revolution

 

Camera on shoulder, Revolution tells of the arrival in New York in 1776 of Scottish immigrant Tom Dobb (Al Pacino) during the American Revolutionary War. When his son is captured, Dobb has no choice but to enter the conflict. The drama for Hugh Hudson was having to furnish the studios with a happy ending and rush-release the film before it was ready. Audiences stayed away in their droves, but the director remains convinced that he realised “the most unconventional, risky and adventurous” feature film in his career.

 

UK I 1985 I 1h55
From Hugh Hudson With Al Pacino, Donald Sutherland
Presented by Hugh Hudson

Finding Altamira (Altamira)

 

Designated a UNESCO World Heritage Site in 1985, the “Cave of Altamira and Paleolithic Cave Art of Northern Spain” was discovered by the archaeologist Marcelino Sanz de Sautuola in 1879. The film chronicles the reactionary violence of the Catholic Church in its attempts to discredit the finds, judging them to be an attack on biblical truth.

 

U.K.-France-Spain – 2016- 1h37, 12/12
De Hugh Hudson
Avec Antonio Banderas, Rupert Everett

 

Inscrites au patrimoine mondial de l’humanité en 1985, les peintures de la grotte préhistorique d’Altamira, en Espagne, ont été découvertes par l’archéologue Marcelino Sanz de Sautuola en 1879. Le film revient sur la violence de l’affrontement qui l’oppose à l’Eglise catholique qui n’a de cesse de le décrédibiliser dans sa perception de l’évolution humaine.

Pi

 

Max Cohen, un mathématicien torturé et solitaire, vit dans un monde en noir et blanc fait d’équations qui absorbent sa force vitale. Il veut prouver l’imprédictible, ce qui arrangerait bien les affaires d’un requin de Wall Street. Mais chaque progrès dans sa théorie entraîne un délabrement de sa santé mentale. Cette première fiction, tournée sans autorisation à New York, et presque sans budget, est récompensée au Sundance Festival, confirmant la sortie de Darren Aronosfsky hors du champ du documentaire où il a fait ses armes.

 

USA – 1998
From Darren Aronofsky
With Sean Gullette

Requiem for a Dream

 

La mort du rêve. Entre paranoïa et urgences psychiatriques, Darren Aronofsky met en scène quatre destins consumés par leur quête d’un bonheur illusoire. Aveuglés par le rêve américain qu’ils croient atteindre par les voies hallucinées et hallucinantes de la modernité, les personnages de Requiem for a Dream sombrent dans l’addiction et l’isolement. Aronofsky réalise avec cette adaptation d’un roman de Hubert Selby Jr, une œuvre puissante, un véritable choc autant sensoriel que visuel.

 

USA – 2000 – 102 min, 16/16
From Darren Aronofsky
With Ellen Burstyn, Jared Leto

The Wrestler

 

Ancienne gloire du catch, Randy «The Ram» Robinson est contraint de calmer le jeu suite à un infarctus. Mais la perspective d’affronter son grand rival le pousse à remonter sur le ring… Dans un style ultra réaliste, qui documente l’univers faussement spectaculaire du catch, The Wrestler opère un troublant jeu de miroir entre la trajectoire de Randy et celle de son acteur, Mickey Rourke. Un drame coup de poing, couronné du Lion d’or à Venise.

 

USA – 2008 ­– 1h45
From Darren Aronofsky
With Mickey Rourke, Marisa Tomei, Evan Rachel Wood

Festen

 

Un dîner de famille organisé pour les 60 ans de Helge, le père, vire au cauchemar: le pire de tous, celui de l’infâme secret puis, celui du déni, de l’inertie et enfin du rejet. Ce film, prix du Jury au Festival de Cannes, est le premier réalisé sous le label Dogme95 créé par Thomas Vinterberg et Lars von Trier. Ce mouvement voulait revenir à une totale sobriété formelle. Le réalisateur ne devait même pas être crédité.

 

Pays-Bas – 1998 – 1h45
From Thomas Vinterberg (labellisé Dogme95)
With Ulrich Thomsen, Henning Moritzen, Birthe Neumann, Thomas Bo Larsen

Jagten (La Chasse)

 

A la veille de Noël, un petit village danois se transforme en horde hystérique pour une chasse à l’homme. Le gibier, c’est Lucas, éducateur innocent accusé d’un geste pédophile par le petit mensonge d’une fillette. La violence de l’humanité dans sa perfide expression est illustrée dans ce chef-d’œuvre réalisé par l’un des fondateurs du mouvement «Dogme 95», et qui valut à Mads Mikkelsen le Prix d’interprétation masculine à Cannes en 2012.

 

Pays-Bas – 2012 – 1h55 
Fom Thomas Vinterberg
With Mads Mikkelsen, Alexandra Rapaport, Thomas Bo Larsen

Kollektivet (La Communauté)

 

Le thème du groupe chez Thomas Vinterberg revient ici sous la forme d’une communauté – façon 1970 version bourgeoise – créée par un professeur d’architecture et sa femme Anna, dans une villa de Copenhague. Mais comme dans les autres réalisations du Danois, sous l’harmonie bouillonnent les sentiments qui qu’un événement suffit à faire remonter à la surface et à déchaîner. Trine Dyrholm a reçu l’Ours d’argent pour sa performance dans le rôle d’Anna à la Berlinale 2016.

 

Pays-Bas – 2016 – 1h51
From Thomas Vinterberg
With Ulrich Thomsen, Trine Dyrholm, Fares Fares

Disturbing the Peace

 

Les personnages de Disturbing the Peace sont ennemis dans un conflit qui n’en finit plus. Ils contestent leurs sorts et décident individuellement qu’il en soit autrement. Le film montre les actions extraordinaires menées pour défendre leurs idéaux. Il renvoie le spectateur à sa propre vie, et au pouvoir de chacun de participer à créer un monde plus humain.

 

USA-2016-1h27
Fom Stephen Apkon
With Shifa Al-Qudsi, Chen Alon, Jamel Qassas

After the Wedding

Pour sauver son orphelinat en Inde, Jacob Pederson rentre au Danemark pour finaliser une donation avec un mécène. Mais lorsque ce dernier lui demande d’assister au mariage de sa fille, Jacob se retrouve à devoir faire face à son passé enfoui. Avec ce drame produit par Lars von Trier, Susanne Bier décroche une nomination aux Oscars pour le meilleur film étranger. Une histoire qui fascine encore puisque Julianne Moore projette d’en faire un remake.

 

Danemark-Suède, 2006, 2h, 16/16
Fom Susanne Bier
avec Mads Mikkelsen et Sidse Babett Knudsen

Revenge

Les personnages de Revenge font face à la violence, la guerre du Darfour pour le père humanitaire, le harcèlement à l’école pour le fils, et la mort de la mère pour l’un de ses camarades. Mais lorsqu’un projet de vengeance voit le jour, la violence change de camp et il faut choisir. Le film reçoit l’Oscar du meilleur film étranger et met en avant ce qui intéresse le plus la réalisatrice danoise: la confusion et le désordre dans les liens familiaux.

 

Danemark- Suède, 2010, 1h59, 14/16
From Susanne Bier with Mikael Persbrandt and Trine Dyrholm

BrØdre

 

Michael, pour qui tout semble réussir, est tout le contraire de son jeune frère, Jannik, en perpétuelle rébellion. Lorsque Michael, soldat pour l’ONU, est présumé mort lors d’une mission en Afghanistan, sa femme Sarah est, contre toute attente, épaulée par Jannik qui prend en charge la famille. Suzanne Bier excelle ici à reproduire la vie dans sa réalité la plus crue où le moindre grain de sable peut anéantir sa prétendue stabilité.

 

Danemark, 2004, 1h57, 14/16
From Susanne Bier with Nikolaj Lie Kaas, Connie Nielsen, Ulrich Thomsen

David Bowie ‎– 50th Birthday Concert

 

En 1997, David Bowie fêtait ses 50 ans au Madison Square Garden de New York avec quelques copains ­ Lou Reed, Smashing Pumpkins, Frank Black, Sonic Youth, Foo Fighters, Robert Smith… Heureusement Tim Pope était là pour graver ce show hallucinant dans la mémoire de l’histoire. Venez vivre ce concert du premier Nancy Boy repris par Brian Molko au dernier Space Oddity par un Bowie magistral.

 

GB – 1997 – 1h30 – v.o. 12/12
Fome Tim Pope with David Bowie, Lou Reed, Frank Black, Robert Smith

Le divan de Staline

 

Pour des raisons de santé, Staline se rend dans un château au milieu de la forêt avec Lidia, sa maîtresse. Il lui demande de recueillir ses rêves comme ce «charlatan de Freud». Mais Lidia n’est pas insensible au charme du beau peintre Danilov qui attend de pouvoir montrer au dictateur l’œuvre qu’il a conçue à sa gloire. Une relation ambiguë et malsaine se tisse alors entre les amants. Troisième film réussi pour Fanny Ardant qui dirige ses comédiens magistralement.

 

France, 2016, 1h32, 14/16
From Fanny Ardant with Gérard Depardieu, Emmanuelle Seigner, Paul Hamy

The Funeral (Nos funérailles)

 

L’histoire est celle d’une famille de mafieux des années trente, les Tempio, dont le cadet des trois frères, Johnny (Vincent Gallo), vient de se faire descendre à la sortie d’un cinéma. La fratrie réclame vengeance et c’est Ray (immense Christopher Walken), l’aîné, qui mène l’enquête. Le film suit une longue et sinueuse descente aux enfers qui va mener, à l’aide d’une narration faite de flashbacks, ses personnages dans une introspection familiale intime à l’issue fatale. Remarquablement réalisé et interprété, The Funeral est l’un des plus grands films d’Abel Ferrara.

 

USA, 1996, 1h39, VOSTFR+DE 16 ans
From Abel Ferrara with Christopher Walken, Chris Penn, Vincent Gallo, Isabella Rosselini

At Close Range (Comme un chien enragé)

 

L’histoire se déroule en Pennsylvanie où, déscolarisés, sans travail ni repère Brad et son frère Tommy (Sean Penn et son vrai frère Chris) voient revenir dans leur vie, Brad senior (Christopher Walken), leur géniteur. Personnage fascinant et dangereux, ce père va entraîner Brad dans une entreprise criminelle sans issue. Par leur jeu, Sean Penn et Christopher Walken forment un binôme fascinant qui donne au récit une dimension universelle, au-delà du fait divers sordide duquel il est inspiré.

 

USA, 1986, 1h54, VOSTFR+DE 18 ans
From James Folley with Christopher Walken, Sean Penn, Mary Stuart Masterson

#Follow us on Instagram